Médecine Traditionnelle Chinoise

La Tradition de la médecine chinoise

« Tradition » vient du latin « tradere » /transmettre

 

D’origine supra humaine, la Tradition est l’influence spirituelle transcendante transmise par des moyens fort différents, dont les deux principaux sont l’oral et l’écrit. La Tradition est le contenu de ce qui est transmis, pas le contenant. Adaptée aux lieux et aux moments, elle prend des formes différentes pour s’exprimer, et le langage qui lui est propre est celui de la symbolique. D’origine transcendante (transmise oralement, ou par des textes sacrés ou canoniques), elle concerne la Connaissance du Divin à l’origine du contingent manifesté.

 

La tradition de la médecine chinoise  Médecine Traditionnelle Chinoise

 

En résumé, la Tradition, c’est la transmission continue des principes révélés aux anciens. Ces principes immuables sont exprimés dans un langage qui utilise l’emblématique et la symbolique.

 

L’étude de la symbolique et de l’emblématique traditionnelle permet d’accéder à une connaissance du monde qui donne un sens à la vie, à la maladie,  et à l’acte thérapeutique. Car le thérapeute, du point de vue de la Tradition ne guérit pas : il prend soin ; et par ce soin, c’est la propre nature de l’homme qui le guérit.

 

Le soin ne doit pas perturber l’homme par une action directe sur des agents pathogènes, mais permettre à ce que la nature profonde de celui-ci réponde en réagissant. Le soigné est envisagé comme participant activement et de façon responsable à la restauration de sa vitalité.

 

La science médicale issue de la Tradition aide à ce que les conditions les meilleures soient réunies afin que l’être humain puisse accomplir sa réalisation en acte et en connaissance.

 

Rétablir la santé selon la Tradition consiste à relancer un processus de vie entravé plutôt que d’éradiquer un symptôme ; la maladie représente le travail opéré par la vitalité pour se libérer de cette entrave.

 

« Nous ne sommes pas malade parce que nous avons une maladie, mais nous avons une maladie parce que nous sommes malade. »